Poster un commentaire

Amstramgram #34

Taksim

#TaksimSquare

Je retournerais bien là. Bon peut-être pas maintenant vu les manifestations anti-gouvernement qui font rage suite à l’accident minier de Soma. À propos, je trouve que c’est quand même effarant, en 2014, de mourir au boulot parce que les règles de sécurité ne sont pas respectées, non?

Mi piacerebbe tornare lì. Forse non in questo momento visto le proteste anti-governative che si stanno svolgendo dopo la tragedia di Soma. A proposito, trovo sconcertante che nel 2014 gente muore sul posto di lavoro perché le norme di sicurezza non sono rispettate. Non siete d’accordo?

Publicités
Poster un commentaire

Istanbul, mon amour

istanbul (Copy)

Il est sympa Mr. Carducci. Au lieu de me dénoncer pour harcèlement il a décidé de m’emmener une fois pour toute à Istanbul, la destination dont je rêve depuis quatre ans. Allez savoir pourquoi, lui cet endroit ne le branche pas vraiment. Ça doit avoir un lien avec le film Midnight Express qu’il a vu dans les années 80. Mais une fois arrivé à destination, ça ne prend pas de temps pour que lui aussi tombe sous le charme de cette ville aux milles visages, à la fois moderne et millénaire, unique et multiple, quiète et vivace. Même les plaintes du muezzin à 5 heures du mat n’arrivent pas à nous faire déchanter. Impossible de résister à l’air marin, aux ruelles escarpées, à la gentillesse des Turcs, aux étalages disposés tels des œuvres d’art, à la culture, aux pâtisseries mielleuses et aux chats qui semblent propriétaires des lieux. Bienvenue dans la plus belle ville du monde !

ayasofia1 (Copy)

Sultan Ahmet

Levez-vous de bonne heure pour affronter les hordes de touristes qui prennent d’assaut ce quartier de bon matin. Faut dire qu’on trouve ici une grande quantité de bâtiments dignes d’intérêt : le palais Topkapi et la basilique Sainte-Sophie bien sûr, mais surtout (selon moi) la Mosquée bleue, avec ses vingt mille carreaux de faïence d’Iznik, et la Citerne basilique, une énorme citerne souterraine construite en 527 (!) afin de fournir de l’eau potable au palais impérial byzantin.

Le conseil de Véro: Ça ne bouge pas fort à Sultan Ahmet une fois la nuit tombée. N’hésitez pas à prendre le tram jusqu’à Beyoğlu à l’heure du souper. Vous y trouverez des restos bien plus typiques et des bars à raki à l’ambiance survoltée.

bluemosque1-horz

bluemosque (Copy)

topkapi

Boğazı

Istanbul c’est pas seulement des kilims et des baklavas, c’est aussi (et surtout) la mer. Ne faites donc pas l’erreur de limiter vos promenades au quartier touristique de Sultan Ahmet. Empruntez à pied le pont Galata, constellé de pêcheurs du dimanche, pour vous rendre à Beyoğlu et monter jusqu’à la tour de Galata et la place Taksim. Ou bien montez à bord d’un ferry à destination de Kadıköy, situé sur la rive asiatique. Nous obviously, ça nous fait ni chaud ni froid l’Asie parce qu’on y vit à longueur d’année mais quand on y pense c’est quand même cool une ville qui s’étend à la fois sur deux continents, non ?

Le conseil de Véro #1: À Beyoğlu, longez la rue piétonne İstiklal qui relie la place Taksim à la place de Tünel et arrêtez-vous en chemin à la galerie d’art contemporain SALT.

Le conseil de Véro #2: À Kadıköy, nous avons été emballés par le marché. Des étalages de fruits et légumes, des centaines de variétés d’olive, des fruits secs, des feuilles de vigne farcies, des fromages frais et des simit à peine sortis du four. Achetez des provisions et faites comme nous un pic-nic au bord du Bosphore !

beyoglu

bosphore1

market

beyoglu1

Bazaar

Je rêvais depuis longtemps de faire mes courses au Grand Bazaar mais malheureusement le plus vieux centre commercial du monde où sont réunies plus de 4000 échoppes ne m’a pas vraiment impressionnée. En fait, y a beaucoup de monde et beaucoup de babioles Made in China, merci la mondialisation. Du coup j’ai acheté tous mes souvenirs à l’Arasta Bazaar et dans la Kucukayasofya Street.

Le conseil de Véro #1: Est-ce qu’une lanterne ottomane ça matche vraiment avec la déco de votre appart ? Optez plutôt pour un peshtemal, cette serviette au tissage plat utilisée traditionnellement dans les hammams turcs, qui peut servir à la fois de drap de bain, d’écharpe ou de serviette de plage. Pensez à vous procurer aussi un savon noir et un gant de kessa pour reproduire l’expérience hammam à la maison. Deux adresses : Jennifer’s Hamam et Lalay.

Le conseil de Véro #2: J’étais partie avec l’idée de m’acheter un « old kilim » tissé à la main par une vieille madame anatolienne mais la somme demandée m’a un peu rebutée. De plus, saviez-vous que la plupart des kilims sont maintenant faits en Chine ? Comment s’y retrouver!  Malgré cela je vous encourage fortement, si vous avez l’œil et les moyens, à en rapporter un dans vos bagages ou à opter pour un accessoire comme une housse de coussin. Deux adresses : Coccon et Hazal Kilim.

kilim

Dans le prochain post: mon Top 5 Food car visiter Istanbul c’est avant tout bien manger, tout le temps.

ayasofia (Copy)

galata1

ortakoi

Poster un commentaire

Amstramgram #33

IMG_20140508_185640

#Fly

Si je pouvais je voyagerais tout le temps. Le goût d’ailleurs est inscrit dans mon ADN depuis très longtemps, probablement depuis mon premier séjour à Miami beach avec mes parents. Voyager me rend heureuse, tout simplement. D’ailleurs j’ai toujours dit que les gens qui n’ont jamais voyagé avec moi ne me connaissent pas sous mon meilleur jour.

Se potessi viaggerei sempre. Questa voglia di « altrove » fa parte del mio DNA da parecchio tempo, probabilmente dal mio primo soggiorno a Miami beach con i miei genitori. In poche parole, viaggiare mi rende felice. D’altronde ho sempre detto che le persone che non hanno mai viaggiato con me non mi conoscono al mio meglio.

1 commentaire

Ready for Istanbul!

grand bazaarDans quelques heures nous serons à Istanbul, à mon grand bonheur. Notre programme ? Visiter les attraits touristiques comme la basilique Sainte-Sophie, la mosquée bleue et le palais de Topkapi, manger des loukoums, acheter un kilim, aller au hammam, voir les pêcheurs du pont de Galata, boire un verre de raki devant le Bosphore, sortir à Beyoğlu. Pendant les prochains jours, ça ne jasera donc pas fort sur ce blog, je vous propose plutôt de nous suivre sur Instagram! http://instagram.com/verolebel et http://instagram.com/andrea_carducci

In alcune ore saremo ad Istanbul, alla mia grande felicità. Il nostro programma? Vedere le attrazioni turistiche come la Basilica di Santa Sofia, la Moschea Blu e il Palazzo Topkapi, mangiare loukoum, comprare un kilim, andare all’hammam, fotografare i pescatori del Ponte di Galata, bere un bicchiere di raki davanti al Bosforo, uscire di sera nel quartiere Beyoğlu. Capirete che nei prossimi giorni, non avrò tanto tempo per scrivere, vi propongo invece di seguirci su Instagram ! http://instagram.com/verolebel e http://instagram.com/andrea_carducci

1 commentaire

60 grammes

Trois fois par jour

C’est la ration quotidienne de pain que peut manger Mr. Carducci depuis qu’il est au régime. Car un cours de yoga par semaine c’est bien beau mais ça ne fait pas maigrir son homme. Non, y a pas de formule magique, pour regagner la shape de ses vingt ans, Mr. Carducci doit s’imposer des restrictions alimentaires et c’est pas gagné quand on voue un amour inconditionnel aux féculents. Mais il est confiant Mr. Carducci, le régime qu’il suit a fait ses preuves… en 2005. À cette époque, il avait perdu une quinzaine de kilos en l’espace de quelques mois. Même son diététicien ne l’avait pas reconnu lors de sa visite de contrôle.

Cette nouvelle lubie alimentaire remet un peu en cause la règle de préparation des repas en semaine qui prévoit l’assignation des tâches selon l’heure d’arrivée à l’appart. Je vous explique : j’arrive souvent plus tôt, vers 18h30, c’est donc moi qui dois me taper la préparation des légumes alors que Mr. Carducci, qui arrive une heure plus tard, prend en charge la cuisson de la viande. Bon la règle n’est pas toujours respectée car c’est vraiment plate de couper des légumes alors je fais exprès pour aller faire du shopping avant de rentrer à l’appart et du coup c’est Mr. Carducci qui arrive en premier et qui fait tout. D’autres fois, on a yoga alors encore là ça chamboule un peu notre organisation car en plus de devoir préparer le souper faut aussi penser au sac de sport et au beauty case pour la douche. Dans ces cas-là on finit souvent par manger au resto.

Mais être au régime ça change tout, faut manger équilibré en tout temps, résister à la tentation des nouilles sautées au MSG et réduire drastiquement notre consommation de pain et de viande rouge. C’est pas facile maintenant, en ce week end de Pâques, et ça ne sera pas facile dans les trois prochaines semaines quand nous passerons 5 jours à Istanbul et 4 jours à Grosseto.

Et dire que moi en ce moment j’ai envie de ne manger que ça et ça.

Questa è la razione giornaliera di pane che può mangiare Mr. Carducci da quando è a dieta. Perchè un corso di yoga a settimana fa bene allo spirito ma non è di certo abbastanza per dimagrire. Sfortunatamente non esiste una formula magica per ritrovare la shape dei suoi 20 anni, Mr. Carducci deve imporsi delle restrizioni alimentari e risulta difficile per uno che adora i carboidrati. Ma rimane fiducioso, la dieta che segue ora ha già dato ottimi risultati… nel 2005. A quella epoca, Mr. Carducci aveva perso una quindicina di chili in pochi mesi. Anche il suo dietologo non l’aveva riconosciuto quando l’aveva visto per la sua visita di controllo.

Questa nuova ossessione alimentare mette in crisi la nostra regola di preparazione quotidiana dei pasti, che prevede l’assegnazione di compiti a seconda dell’orario d’arrivo a casa dopo il lavoro. Mi spiego meglio: spesso arrivo per prima, intorno alle 18:30, quindi sono io che preparo le verdure mentre Mr. Carducci, che arriva un’ora più tardi, è incaricato della cottura della carne. La regola non è sempre rispettata, perché essendo davvero noioso tagliare le verdure a volte mi concedo un po’ di shopping prima di rientrare a casa, cosiche’ arriva prima Mr. Carducci e fa tutto lui. Altre volte, abbiamo yoga e anche li viene scombinata la nostra organizzazione, bisogna preparare non solo la cena ma anche la borsa e il beauty kit per fare la doccia. In quei casi spesso si finisce per mangiare al ristorante.

Ma ora la dieta cambia tutto, bisogna mangiare sempre in modo equilibrato, resistere ai noddles saltati al MSG e ridurre drasticamente il nostro consumo di pane e carne rossa. Non à facile ora, in questo week end pasquale, e non lo sarà nelle prossime tre settimane, quando passeremo 5 giorni ad Istanbul e 4 a Grosseto.

Poster un commentaire

Amstramgram #32

#LunaPark

Y a t-il quelque chose de plus estival que des manèges au look rétro? Ici on en voit malheureusement de moins en moins car on investit tous nos sous dans le Disneyland Shanghai qui ouvrira ses portes en 2015.

C’è qualcosa di più estivo che le giostre all’aspetto retrò? Qui sfortunatamente se ne vedono sempre meno perche investiamo tutti i nostri soldi nel Disneyland Shanghai che aprirà le sue porte nel 2015.

Poster un commentaire

LinkedIn. Not.

linkedin

Dans la vie, faut des contacts, surtout dans le domaine professionnel. Mon père me l’a toujours dit. Vous voulez changer de job ? C’est connu, pas la peine d’écumer les offres d’emploi sur le net ou de vendre votre salade à Michael Page, il suffit de connaître quelqu’un de bien placé pour apprendre, avant tout le monde, qu’un poste sera bientôt libre ou pour décrocher rapidement un entretien.

L’autre soir, j’ai demandé à Mr. Carducci s’il en avait lui des contacts à part les 250 « connections » qu’il a sur LinkedIn et qui visiblement ne nous servent à rien. Bof… sais pas trop. Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? qu’il m’a répondu. Du coup ça m’a sauté au visage, Mr. Carducci et moi n’avons jamais suivi les conseils de mon père. Résultat à (presque) 40 ans, on ne connaît personne qui connaît quelqu’un qui pourrait nous offrir un salaire mirobolant pour un poste super cool dans un pays ensoleillé. Il serait peut-être encore temps de remédier à la situation mais en vieux associaux que nous sommes je doute fort qu’un networking intensif soit à l’ordre du jour. Faire des efforts pour rencontrer de nouvelles personnes ça nous a toujours saoulé un peu, on préfère de loin rester à la maison à regarder en rafale des épisodes de The Walking Dead. C’est pour ça d’ailleurs qu’on aimait bien le concept de Linked truc : développer, en quelques clics et confortablement évachés sur notre divan, un réseau de « professionnels du monde entier afin d’améliorer notre productivité ». Bon on a vite déchanté car même en ayant un cv à jour, une photo sexy, des recommandations et des « endorsements », personne ne nous a encore contactés pour nous offrir un poste correspondant à nos attentes et compétences. J’ai comme l’impression que c’est ça le concept derrière LinkedIn, on y est tous mais on ne sait pas trop à quoi ça sert.

Alors voici ce qu’on va faire ensemble, on va essayer la old fashion way pour voir si ça donne de meilleurs résultats et pouvoir ensuite renverser le pouvoir linkediste. Vous connaissez peut-être quelqu’un qui connait quelqu’un qui a besoin de gens sympas (et surtout compétents) comme Mr. Carducci et moi. Si c’est le cas faites-nous signe. On ne vous fera pas honte c’est promis. Merci !

Des liens à nos profils : Véronique Lebel et Andrea Carducci

Nella vita servono i contatti, soprattutto nell’ambito professionale. Il mio babbo me lo diceva sempre. Vuoi cambiare lavoro? Non serve spulciare le offerte sul web o provare a convincere Michael Page, basta conoscere qualcuno di ben posizionato per sapere, prima di tutti, quando un posto sarà libero o per ottenere un colloquio in via preferenziale.

L’altra sera, ho chiesto a Mr. Carducci se avesse delle conoscenze oltre alle 250 “connections” che ha su LinkedIn e che evidentemente non ci servono a niente. Mah… non saprei. Cosa c’è per cena? mi ha risposto. Improvvisamente ho avuto una rivelazione, ne io ne Mr. Carducci abbiamo seguito i consigli del mio babbo. Risultato, a (quasi) 40 anni, non conosciamo qualcuno che conosce qualcuno che potrebbe darci un mega stipendio per un posto interessante in un paese soleggiato. Saremmo ancora in tempo per rimediare ma visto il nostro temperamento da vecchi asociali, dubito che il networking intensivo sia all’ordine del giorno. Impegnarsi per incontrare nuove persone è un’attività che ci annoia in particolare modo, noi preferiamo rimanere a casa a guardare gli ultimi episodi di The Walking Dead. Questo è il motivo per cui ci piaceva LinkedIn: sviluppare, in pochi click e comodamente sdraiati sul divano, una rete di “professionisti nel mondo per aumentare la nostra produttività”. Siamo stati rapidamente delusi perché anche con un curriculum aggiornato, una foto sexy, delle raccomandazioni e degli “endorsements”, nessuno ci ha proposto un lavoro corrispondente alle nostre aspettative e competenze. Ho la sensazione che è questo il concetto dietro a LinkedIn, tutti siamo registrati anche se non sappiamo bene per cosa.

Ecco allora cosa faremo insieme, proveremo la old fashion way per vedere se dà risultati migliori e fare cadere poi il regime linkedista. Magari conoscete qualcuno che conosce qualcuno che ha bisogno di persone competenti (e simpatiche) come io e Mr. Carducci. Se fosse il caso, fatecelo sapere. Prometto di non farvi vergognare. Grazie!

Link ai nostri profili: Véronique Lebel e Andrea Carducci