4 Commentaires

Culinary wonderland

loukoum

Prendre un homme par le ventre, c’est ce que nos grands-mères disaient. Un concept que je n’ai jamais mis en pratique mais qu’Istanbul, elle, applique à la lettre et pas seulement pour la gent masculine. Ça commence à bord de la Turkish Airlines, une heure après le décollage, quand le ténébreux steward nous offre un jus d’orange fraîchement pressé. Ça se poursuit une fois arrivé à destination, dans la rue, les marchés, les épiceries fines et les pâtisseries… partout où on regarde, la bouffe nous fait de l’œil. Faut dire que ça fait longtemps que Mr. Carducci et moi on n’a pas vu d’artichauts, d’olives marinées et de fromages bien frais, donc ça ne nous prend pas grand-chose pour nous émoustiller. Du coup on retombe en adolescence et on ne pense qu’à ça : tout manger, tout le temps. Quelques conseils :

À mon grand désarroi moi la reine du sirop d’érable, le petit déjeuner turc est plutôt salé et se compose essentiellement de pain, fromage, légumes crus, œufs, olives et börek fourrés au fromage ou aux épinards. Je m’adapte vite mais les sucreries me manquent. Ma grande découverte du petit matin c’est la confiture de pétales de rose (gül reçeli) à déguster sur du pain ou dans du yogourt nature.

simit

Autant la bouffe de rue n’est guère alléchante en Chine autant il ne faut pas hésiter à la goûter à Istanbul ! En commençant par le simit, ce pain recouvert de graines de sésame qu’on vend à tous les coins de rue et qui fait un excellent snack, et le döner kebab que tout le monde connaît. Les deux street foods qui ne m’ont pas tentée ? Les moules farcies avec du riz à l’oignon arrosées de citron et le « wet » burger qui est probablement le genre de truc qu’on ne mange que vers 5 heures du matin quand on est bien saoul. Je vous conseille fortement d’essayer par contre le balık ekmek, un sandwich à la sardine grillée accompagné de pickles. Vous en trouverez de part et d’autre du pont de Galata mais j’ai une nette préférence pour l’ambiance plus tranquille de Karakoÿ.

olive-horz

safi_meyane

Le street food c’est bien pendant la journée mais pour le dîner faut absolument manger des meze, un genre de tapas, dans une des meyhane du quartier de Beyoglu. Accompagnez le tout de grandes rasades de raki, une eau-de-vie aromatisée à l’anis qu’on doit allonger avec de l’eau et des glaçons si on veut arriver vivant à la fin du repas. Deux bonnes adresses : Safi Meyhane et Karakoy Lokantasi. Un seul mot d’ordre : Réservez, surtout les soirs de week end!

baklava-horz

sweets

Laissez-vous de la place pour le dessert! Manger des baklavas à Istanbul c’est un orgasme gastronomique dont vous ne voudrez pas vous priver. La meilleure pâtisserie pour des baklavas bien mielleux et feuilletés c’est Karaköy Güllüoglu recommandé aussi par le guide Istanbul Eats! Mais oh malheur y a pas que le baklava pour élargir notre tour de taille y a aussi son petit cousin le loukoum, cette confiserie saupoudrée de sucre glace et garnie de pistaches. Faut absolument essayer ceux de Ali Muhiddin Hacı Bekir, maître dans l’art de confectionner ces petits délices.

Sur le plan des boissons, faites le plein de vitamine avec les jus d’orange et de grenade frais ou prenez votre dose de probiotiques avec l’ayran, un yaourt légèrement salé qui ressemble au lassi indien. Et n’oubliez pas de terminer votre repas par un thé ou un café. Nous avons bu le meilleur à Kadıköy, sur la rive asiatique, à Fazil Bey, tout près du marché que vous devez absolument visiter. Pour un drink en fin de soirée, je vous conseille fortement le Leb-i derya Kumbaracı pour une vue imprenable sur toute la ville et le Bosphore.

lebc

4 commentaires sur “Culinary wonderland

  1. wholesale authentic nba basketball jerseys from china

  2. cheap stitched nfl jerseys wholesale from china

  3. Bonjour,
    De retour d’Istanbul depuis peu, je suis tombé sur votre page en cherchant à trouver sur le web le nom (et éventuellement la recette) de cette pâtisserie que vous affichez: comme un flan à la pistache et au chocolat. Les couleurs, les odeurs et les saveurs de la Turquie me manquent terriblement, comme ce coulis de tomates pimenté qu’on nous servait parfois avec le petit-déjeuner, ou avec les mezze…
    Merci à l’avance de votre réponse

    • Bonjour Lyne, ce ne serait pas du sütlaç par hasard? C’est un genre de rice pudding. Moi je suis tombée en amour avec la confiture de rose, démente mélangée à du yaourt!
      Merci pour le commentaire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s