Poster un commentaire

LinkedIn. Not.

linkedin

Dans la vie, faut des contacts, surtout dans le domaine professionnel. Mon père me l’a toujours dit. Vous voulez changer de job ? C’est connu, pas la peine d’écumer les offres d’emploi sur le net ou de vendre votre salade à Michael Page, il suffit de connaître quelqu’un de bien placé pour apprendre, avant tout le monde, qu’un poste sera bientôt libre ou pour décrocher rapidement un entretien.

L’autre soir, j’ai demandé à Mr. Carducci s’il en avait lui des contacts à part les 250 « connections » qu’il a sur LinkedIn et qui visiblement ne nous servent à rien. Bof… sais pas trop. Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? qu’il m’a répondu. Du coup ça m’a sauté au visage, Mr. Carducci et moi n’avons jamais suivi les conseils de mon père. Résultat à (presque) 40 ans, on ne connaît personne qui connaît quelqu’un qui pourrait nous offrir un salaire mirobolant pour un poste super cool dans un pays ensoleillé. Il serait peut-être encore temps de remédier à la situation mais en vieux associaux que nous sommes je doute fort qu’un networking intensif soit à l’ordre du jour. Faire des efforts pour rencontrer de nouvelles personnes ça nous a toujours saoulé un peu, on préfère de loin rester à la maison à regarder en rafale des épisodes de The Walking Dead. C’est pour ça d’ailleurs qu’on aimait bien le concept de Linked truc : développer, en quelques clics et confortablement évachés sur notre divan, un réseau de « professionnels du monde entier afin d’améliorer notre productivité ». Bon on a vite déchanté car même en ayant un cv à jour, une photo sexy, des recommandations et des « endorsements », personne ne nous a encore contactés pour nous offrir un poste correspondant à nos attentes et compétences. J’ai comme l’impression que c’est ça le concept derrière LinkedIn, on y est tous mais on ne sait pas trop à quoi ça sert.

Alors voici ce qu’on va faire ensemble, on va essayer la old fashion way pour voir si ça donne de meilleurs résultats et pouvoir ensuite renverser le pouvoir linkediste. Vous connaissez peut-être quelqu’un qui connait quelqu’un qui a besoin de gens sympas (et surtout compétents) comme Mr. Carducci et moi. Si c’est le cas faites-nous signe. On ne vous fera pas honte c’est promis. Merci !

Des liens à nos profils : Véronique Lebel et Andrea Carducci

Nella vita servono i contatti, soprattutto nell’ambito professionale. Il mio babbo me lo diceva sempre. Vuoi cambiare lavoro? Non serve spulciare le offerte sul web o provare a convincere Michael Page, basta conoscere qualcuno di ben posizionato per sapere, prima di tutti, quando un posto sarà libero o per ottenere un colloquio in via preferenziale.

L’altra sera, ho chiesto a Mr. Carducci se avesse delle conoscenze oltre alle 250 “connections” che ha su LinkedIn e che evidentemente non ci servono a niente. Mah… non saprei. Cosa c’è per cena? mi ha risposto. Improvvisamente ho avuto una rivelazione, ne io ne Mr. Carducci abbiamo seguito i consigli del mio babbo. Risultato, a (quasi) 40 anni, non conosciamo qualcuno che conosce qualcuno che potrebbe darci un mega stipendio per un posto interessante in un paese soleggiato. Saremmo ancora in tempo per rimediare ma visto il nostro temperamento da vecchi asociali, dubito che il networking intensivo sia all’ordine del giorno. Impegnarsi per incontrare nuove persone è un’attività che ci annoia in particolare modo, noi preferiamo rimanere a casa a guardare gli ultimi episodi di The Walking Dead. Questo è il motivo per cui ci piaceva LinkedIn: sviluppare, in pochi click e comodamente sdraiati sul divano, una rete di “professionisti nel mondo per aumentare la nostra produttività”. Siamo stati rapidamente delusi perché anche con un curriculum aggiornato, una foto sexy, delle raccomandazioni e degli “endorsements”, nessuno ci ha proposto un lavoro corrispondente alle nostre aspettative e competenze. Ho la sensazione che è questo il concetto dietro a LinkedIn, tutti siamo registrati anche se non sappiamo bene per cosa.

Ecco allora cosa faremo insieme, proveremo la old fashion way per vedere se dà risultati migliori e fare cadere poi il regime linkedista. Magari conoscete qualcuno che conosce qualcuno che ha bisogno di persone competenti (e simpatiche) come io e Mr. Carducci. Se fosse il caso, fatecelo sapere. Prometto di non farvi vergognare. Grazie!

Link ai nostri profili: Véronique Lebel e Andrea Carducci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s