2 Commentaires

Snowball

boxes

Avant Mr. Carducci et moi on avait vraiment un bel appart. Tous les gens qui venaient chez nous disaient Wow, vous avez vraiment un bel appart! et moi j’étais toute fière de répondre que nous l’habitions depuis six ans et que je n’avais aucune intention de déménager. Bon je ne veux rien enlever aux compétences immobilières de Mr. Carducci mais faut avouer que c’était assez facile de trouver un truc bien à un prix « raisonnable » en 2007. Les tours de notre quartier avaient été à peine construites, les apparts sentaient le neuf (et pas la sauce soya brûlée) et les proprios, trop contents de louer à des étrangers, nous laissaient choisir nos meubles chez Ikea. La vie était belle. Tu casa es mi casa qu’on se disait en se donnant des tapes dans le dos. La Chine vivait à l’intérieur d’une grosse bulle immobilière, les confettis de neige artificielle en moins. Puis tout d’un coup y a quelqu’un qui a brassé la boule: le gouvernement a décidé qu’il fallait limiter les prêts et hausser les taux d’intérêt sur les résidences secondaires. Puis les journaux ont annoncé que prochainement une taxe de 20% serait appliquée sur la plus-value encaissée à la vente d’une propriété et là tout le monde a paniqué et a voulu vendre, y compris notre proprio.

Proprio : Bonjour, bon il faudrait que vous dégagiez genre là tout de suite car je veux vendre l’appart et acheter une Ferrari pour mon petit dernier.

Mr. Carducci : Mais attendez… notre contrat se termine en février 2014…

Proprio : Ouais bon bienvenue en Chine mon loulou. Vous me faites bien rigoler avec votre histoire de contrat. Ha, ha, ha… Allez je vous trouve sympathique, je vous donne jusqu’à la fin de la semaine pour débarrasser le plancher sans demander votre reste.

Mr. Carducci : Euh… mais… vous comprenez, ma femme est au Canada en ce moment et c’est elle normalement qui se tape toutes les tâches domestiques. En plus moi je pars en Italie vendredi prochain pour voir mes (vieux) parents (malades) que je n’ai pas vu depuis un an…

Proprio : Zzzzzzz…

Mr. Carducci : … ça pourrait pas attendre notre retour à la mi-août ?

Proprio : Oui allo ? Je vous entends mal là… Oui ok parfait, fin de la semaine ! Je suis content d’entendre que c’est possible. Allez zou, je vous laisse, mon concessionnaire m’appelle sur l’autre ligne. Zaijian hein.

C’est comme ça que la bulle nous a pété en pleine face, que Mr. Carducci a du faire 100 boîtes en 3 jours et qu’on s’est retrouvé SDF au retour des vacances estivales.

Prima Mr. Carducci e io avevamo davvero un bell’appartamento. Tutte le persone che venivano a trovarci dicevano Wow, avete davvero un bell’appartamento! e io rispondevo tutta orgogliosa che ci vivevamo da sei anni e che non avevo nessuna intenzione di traslocare. E’ vero che, senza nulla togliere alle competenze immobiliari di Mr. Carducci, era abbastanza facile di trovare qualcosa di bello ad un prezzo « ragionevole » nel 2007. I grattacieli del nostro quartiere erano stati appena costruiti, gli appartamenti profumavano di nuovo (e non di salsa soia bruciata) e i proprietari, troppo contenti di affittare a stranieri, ci permettevano di scegliere i nostri mobili all’Ikea. Si stava bene. La Cina viveva all’interno di una grande bolla immobiliare, mancavano solo i finti coriandoli di neve. Poi, all’improvviso, c’è qualcuno che ha scosso la bolla: il governo ha deciso di limitare i prestiti e di aumentare i tassi di interesse sulle seconde case, tipo l’IMU ma più caro. Poi i giornali hanno annunciato che presto una tassa del 20% sarebbe stata applicata sulla plusvalenza incassata in caso di vendita di immobili. In quel momento è successo il fine mondo e tutti hanno voluto vendere, compreso il nostro proprietario .

Proprietario: Buongiorno, ecco, ora voi dovreste sgomberare perché voglio vendere l’appartamento e comprare l’ultimo modello della Ferrari al mio figlio che sta per compiere 18 anni.

Mr. Carducci: Ma come… il nostro contratto termina nel febbraio 2014…

Proprietario: Si certo, benvenuti in Cina ragazzo. Ah, ah, ah… contratto… lei mi è proprio simpatico. Dai, per quello le do fino alla fine di questa settimana per sgomberare tutto.

Mr. Carducci: Uh… ma… è la mia moglie che normalmente si occupa di tutte queste faccende domestiche e, capisce, al momento è in Canada. Poi io venerdi prossimo devo andare in Italia per trovare i miei (vecchi) genitori (malati) che non vedo da un anno…

Proprietario: Zzzzzzz…

Mr. Carducci: … non possiamo aspettare il nostro ritorno a metà agosto ?

Proprietario: Sì pronto? Non la sento… Ok perfetto, fine settimana! Sono contento di sentire che non è un problema! Bene, ora pero la lascio, c’e il mio concessionario sull’altra linea. Zaijian eh.

Ed è cosi che la bolla ci ha esploso in faccia, che Mr. Carducci si è ritrovato a fare 100 scatole in 3 giorni e che siamo rimasti senza tetto al ritorno delle vacanze estive .

2 commentaires sur “Snowball

  1. Ma dove vivete? Siete in hotel? Come procede la ricerca della casa?
    Bisou bisou!
    Ester

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s