Poster un commentaire

We thank you for your collaboration

other-stories-by-alison-fox-00

Flashback en 2003 en Italie. « Bonjour, je m’appelle Véronique et je suis une co.co.co. ». « Bonjour Véronique » me répond-t-on à l’unisson. Ça fait du bien de savoir que je ne suis plus seule. Tous ces gens qui me sourient vivaient, comme moi, jusqu’à tout dernièrement dans un monde utopique où les jeunes diplômés se trouvent facilement un job dans leur domaine, où les employeurs sont gentils et où les stages sont rémunérés. On y a tous cru pendant longtemps, nos doses de cours spécialisés et de masters à l’étranger nous ont même procuré de gros high. Mais tout d’un coup on a commencé à débuzzer en entendant les mauvaises nouvelles à la radio: crise économique, taux de chômage élevé, mondialisation, fuite des cerveaux. WTF ? Le monde du travail était-il en train de se transformer en méchant bad trip ? C’est un peu (beaucoup) la sensation que j’ai eu quand, un diplôme en poche, des années d’expérience en communication et quatre langues maîtrisées, j’ai commencé à chercher du boulot en Italie en 2003. On m’a proposé un poste de secrétaire de la secrétaire, de professeur d’anglais avec un salaire conditionnel à la réussite de mes 25 élèves, d’agent commercial en déplacement à travers l’Italie mais sans remboursement des frais de transport. Dans les trois cas, je gagnais plus d’argent en restant à la maison. Et puis un jour on m’a offert le Saint Graal de l’époque, un co.co.co, sorte de contrat créé par les employeurs aux dents longues pour mieux exploiter les jeunes universitaires motivés. En tant que co.co.co, j’avais les obligations d’un employé mais pas les avantages, tout ça pour une fraction du salaire. J’ai tout de suite accepté, c’était ça ou me faire des shoots de The Bold and the Beautiful en plein milieu d’après-midi.

Mais parfois les collaborations ça a quand même du bon. Prenons par exemple & Other Stories qui vient de collaborer avec Alyson Fox, créatrice et illustratrice américaine que j’adore et que j’avais déjà découverte sur etsy. Au programme de sa collection ? Des formes géométriques et des couleurs délavées qui rappellent les gribouillis des enfants. Gros coup de cœur pour la jupe en soie et les bijoux fins et élégants. L’autre collaboration que j’attends avec impatience c’est celle entre H&M et Isabel Marant en novembre prochain. Vous viendrez faire la queue avec moi ?

Flashback nel 2003 in Italia. « Ciao, mi chiamo Véronique e sono una co.co.co. ». « Ciao Véronique » mi risponde la folla. E’ un sollievo sapere che non sono più sola. Come me, tutte le persone che mi stanno sorridendo vivevano fino a poco tempo fa in un mondo utopico dove i giovani laureati trovano facilmente un lavoro nel loro campo, dove i datori di lavoro sono gentili e dove i tirocini sono retribuiti. Tutti ci abbiamo creduto per un lungo periodo, le nostre dosi di corsi specialistici e master all’estero ci hanno anche procurato dei bei high. Ma poi ad un certo punto abbiamo cominciato ad allucinare sentendo le brutte notizie alla radio: crisi economica, tasso di disoccupazione elevato, globalizzazione, fuga dei cervelli. Che cavolo stava succedendo? Il mondo del lavoro stava diventando un vero bad trip? E’ un po’ (molto) la sensazione che ho avuto quando, con una laurea, anni di esperienza in comunicazione e quattro lingue, ho iniziato a cercare un lavoro in Italia dieci anni fa. Mi hanno offerto un posto di segretaria della segretaria, d’insegnante d’inglese con uno stipendio condizionale al successo dei miei 25 studenti, di agente commerciale in viaggio attraverso l’Italia senza rimborso delle spese di trasporto. In tutti tre i casi, guadagnavo più soldi rimanendo a casa. E poi un giorno mi è stato proposto il Santo Graal dell’epoca, un co.co.co, un contratto creato da datori di lavoro senza scrupoli per sfruttare meglio i giovani laureati motivati. Mi hanno detto che come co.co.co. avrei avuto gli obblighi del dipendente ma non i vantaggi, tutto quello per una frazione dello stipendio. Ho accettato subito, era quello o farmi di Beautiful tutti i santi pomeriggi.

Meno male che a volte le collaborazioni sono simpatiche. Prendiamo ad esempio & Other Stories che ha appena collaborato con Alyson Fox, una illustratrice americana che adoro e che avevo già scoperto sur etsy. Il risultato? Una collezione fresca a base di forme geometriche e colori sbiaditi che ricordano i scarabocchi dei bambini. Colpo di fulmine per la gonna stampata di seta e i gioielli sottili ed eleganti. Un’altra collaborazione entusiasmante è quella annunciata tra H&M e Isabel Marant. Farete anche voi la fila per mettere la mano su un pezzo della collezione della famosa stilista francese? 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s