5 Commentaires

People are people

Aucune roupie n'a été demandée pour cette photo/ Nessuna rupia è stata chiesta per questa foto

Aucune roupie n’a été demandée pour cette photo/ Nessuna rupia è stata chiesta per questa foto

En voyage il arrive parfois de rencontrer des personnes spéciales qui rendent le séjour dans un pays étranger encore plus enrichissant. Ça peut être un guide particulièrement prévenant, un voyageur qui partage ses bons plans, un chauffeur de tuktuk qui t’aide à retrouver ton chemin ou même un passant qui joue les interprètes. Différentes personnes donc mais qui ont toutes un point en commun : donner une aide désintéressée. Croyez-moi c’est parfois cet aspect à lui seul qui transforme le simple fait de voyager et de voir des attractions touristiques en quelque chose de beaucoup plus riche : une expérience humaine et culturelle.

Les Indiens ont beau être gentils et serviables, nous avons eu l’impression que les gens prêts à aider sans rien attendre en retour sont une espèce rare au Rajasthan. On finit souvent par vouloir te vendre une pashmina ou te soutirer quelques roupies. Et à la longue c’est fatiguant même pour le patient Mr. Carducci. J’ai tendance à penser que c’est de notre faute à nous les Nord Américains qui exportons worldwide et avec fierté notre culture du pourboire pour tout et n’importe quoi. Au fil du temps le tip est devenu un dû et n’est plus laissé à la discrétion du client. En Inde c’est un peu ça et même le monsieur moustachu au guichet du City Palace s’attend à recevoir quelques roupies pour avoir su donner les bons tickets. Du coup cette situation n’encourage pas selon moi les vrais contacts humains. On reste constamment sur ses gardes et on passe probablement parfois à côté des personnes qui auraient donné une autre dimension à notre voyage.

Loi de probabilité aidant, en deux semaines tu augmentes tes chances de rencontrer des personnes avec le cœur sur la main. Dans notre cas elles se cachaient à Jaisalmer, à l’hôtel Pleasant Haveli. Les mauvaises langues diront que ça ne compte pas car le rôle d’un hôtelier est avant tout de rendre service mais je peux vous assurer que Naru, Krishna et leur équipe sont allés bien au-delà du petit-déjeuner inclus et service quotidien d’entretien ménager. Cela a été le meilleur rapport qualité prix de notre voyage!

A volte in viaggio si ha la fortuna d’incrociare delle persone speciali che rendono ancora più gratificante il soggiorno in un paese straniero. Può essere una guida particolarmente gentile, un viaggiatore che raccomanda posti da non perdere, un autista di tuktuk che ti aiuta a trovare la via del tuo hotel o addiritura uno sconosciuto che ti fa da interprete. Persone diverse, quindi, ma con una cosa in comune : una voglia di aiutare in modo disinteressato. Credetemi, questo aspetto può trasformare il semplice atto di viaggiare e di vedere attrazioni turistiche in qualcosa di molto più ricco: una esperienza umana e culturale.

Anche se gli Indiani sono sempre cordiali, abbiamo avuto l’impressione che le persone che aiutano senza aspettarsi nulla in cambio sono piuttosto rare in Rajasthan. Finisce spesso che la gente vuole venderti una pashmina o chiederti qualche rupia. Alla lunga diventa fastidioso. Penso che alla base sia colpa nostra, noi nordamericani che esportiamo worldwide e con orgoglio la nostra cultura della mancia per tutto e per niente. Nel corso del tempo il tip si è trasformato in qualcosa di dovuto, non più lasciato alla discrezione del cliente. Questo concetto vale per l’India dove anche il signore baffuto alla biglietteria del City Palace si aspetta qualche rupia per aver staccato correttamente i biglietti. Secondo me questa dinamica non incoraggia i reali contatti umani. Si rimane sempre sulla difensiva e si perde probabilmente occasioni d’incontrare le persone che avrebbero dato una nuova dimensione al nostro viaggio.

Per la legge della probabilità, rimanendo due settimane in un posto si aumentano per forza le chance d’incontrare gente col cuore in mano. Nel caso nostro si nascondevano a Jaisalmer, all’hotel Pleasant Haveli. Le malelingue diranno che non conta perché il ruolo principale di un albergatore è di servire bene i suoi ospiti, ma vi posso assicurare che Naru, Krishna e il loro team sono andati ben oltre la colazione inclusa e il servizio di pulizia giornaliera. E’ stato il migliore rapporto qualità prezzo del nostro viaggio!

Aucune roupie n'a été demandée pour cette photo/ Nessuna rupia è stata chiesta per questa foto

Pour celle-là non plus!/ E nemmeno per questa!

D’autres articles sur le même thème: Face à face avec le Rajasthan, Udaipur the white city, Fioritures, Jaisalmer the golden city et Jodhpur the blue city

5 commentaires sur “People are people

  1. […] articles sur le même thème: Face à face avec le Rajasthan, Udaipur the white city, Fioritures, People are people et Jaisalmer the golden […]

  2. […] articles sur le même thème: Face à face avec le Rajasthan, Udaipur the white city, Fioritures, People are people et Jodhpur the blue […]

  3. […] articles sur le même thème: Face à face avec le Rajasthan, Udaipur the white city, People are people, Jaisalmer the golden city et Jodhpur the blue […]

  4. […] articles sur le même thème: Face à face avec le Rajasthan, Fioritures, People are people, Jaisalmer the golden city et Jodhpur the blue […]

  5. […] articles sur le même thème: Udaipur the white city, Fioritures, People are people, Jaisalmer the golden city et Jodhpur the blue […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s