8 Commentaires

Shangri La – hell of a day…

« On est vraiment à 3300 mètres d’altitude ? » que je demande à Dragon notre guide au Yunnan. Le paysage ne correspond pourtant pas à l’image que je m’en étais fait. Ici point de routes tortueuses à flanc de montagne, d’odeur de raclette et de mignons chalets suisses, je n’ai devant moi qu’un vaste plateau balayé par le vent. On a rejoint Zhongdian (depuis 2001, la ville s’appelle Shangri La, du nom de la vallée perdue aux confins du Tibet, siège d’une société parfaite, inventée par James Hilton dans son roman Lost Horizon) en fin de journée, après cinq heures de route de Lijiang. L’air est frisquet et sec et la lumière à la fois orangée et bleuâtre donne à la ville une aura mystérieuse. Les yacks broutent l’herbe sèche et les femmes, le visage brûlé par le soleil et le froid, sont coiffées de rose fuchsia. Le ciel bleu semble si près, comme si je n’avais qu’à étirer le bras pour le toucher. Vues d’ici, les montagnes sont tout à coup moins imposantes, j’ai l’impression que même nous pourrions les escalader avec nos baskets Feiyue. On a soudain envie de pousser l’exploration jusqu’au Tibet mais je mets ça sur le compte du manque d’oxygène qui nous monte à la tête.

Puis le lendemain, on passe directement sans escale du paradis à l’enfer. On découvre à 06h00 que Mr. Carducci souffre du mal des hauteurs et ce n’est pas beau à voir. L’hôpital où on l’emmène aussi n’est pas beau à voir. On décide de rentrer à Shanghai sur le champ afin d’oxygéner mon sherpa de mari. Question de faire les choses comme elles se doivent, on se paye un arrêt de 4 heures à Kunming. L’aéroport est bondé, les gens sont assis par terre, les toilettes puent et on se fait la promesse de ne plus jamais voyager en Chine. On arrive à la maison à 23h00, lessivés mais heureux car Mr. Carducci a bien meilleure mine.

Des bons plans pour profiter à fond de Shangri La :

  1. Visitez le monastère Songtsam Lin, appelé le petit potala
  2. Buvez un thé au beurre de yak (estomacs fragiles s’abstenir)
  3. Dansez avec les gens du village, tous les soirs à 19h tapant
  4. Promenez-vous dans la vieille ville et tournez autour du moulin à prières géant
  5. Et surtout ne partez pas avec Mr. Carducci…

« Siamo veramente a 3300 metri sul livello del mare? » chiedo a Dragon, la nostra guida nello Yunnan. Il paesaggio non corrisponde all’immagine che mi ero fatta. Qui niente strade tortuose al fianco della montagna, niente profumo di raclette, niente graziosi chalet svizzeri. Ho davanti a me una vasta pianura spazzata dal vento. Abbiamo raggiunto Zhongdian (dal 2001 la città si chiama Shangri La, dal nome dato ad una valle ai confini del Tibet, sede di una società perfetta, inventata da James Hilton nel suo romanzo Lost Horizon) nel tardo pomeriggio, dopo cinque ore di viaggio da Lijiang. L’aria è fresca e secca e la luce allo stesso tempo arancione e blu conferisce alla città un’aura di mistero. Gli yak pascolano tranquillamente e le donne, con la faccia bruciata dal sole e dal freddo, indossano copricapi fucsia. Il cielo azzurro è così vicino, sembra di poterlo toccare allungando soltanto il braccio. Viste da qui, le montagne sono meno impressionanti e sento che anche noi le potremmo scalare con le nostre scarpe da ginnastica Feiyue. Abbiamo un desiderio improvviso di spingere l’esplorazione fino al Tibet, ma penso che sia colpa della mancanza di ossigeno che ci sale alla testa.

Poi il giorno dopo, passiamo senza scalo dal paradiso all’inferno. Alle 6:00 del mattino, scopriamo che Mr. Carducci soffre di mal di montagna e non è un bello spettacolo. Neanche l’ospedale dove lo portiamo è un bello spettacolo. Decidiamo di tornare subito a Shanghai per ossigenare Mr. Carducci lo sherpa mancato. Come non ci facciamo mai mancare nulla, ci paghiamo una sosta di 4 ore a Kunming. L’aeroporto è affollatissimo, tutti sono seduti per terra, i bagni puzzano e allora ci facciamo la promessa che mai più viaggeremo in Cina. Arriviamo a casa alle 23:00, stravolti ma felici perché Mr. Carducci ha decisamente un aspetto migliore.

Alcuni consigli per godervi Shangri La:

  1. Visitare il monastero Songtsam Lin, chiamato il piccolo Potala
  2. Bere un tè al burro di yak (solo se avete lo stomaco forte)
  3. Ballare con le signore del villaggio, tutte le sere alle 19h
  4. Passeggiare per le piccole vie del centro storico e girare intorno alla gigantesca ruota di preghiera
  5. E soprattuto non andare con Mr. Carducci…

D’autres articles sur le même thème: Lost Heaven? Not for Mr. Carducci et Lijiang, so far so good

8 commentaires sur “Shangri La – hell of a day…

  1. […] D’autres articles sur le même thème: Lost Heaven? Not for Mr. Carducci et Shangri La, hell of a day […]

  2. […] D’autres articles sur le même thème: Lijiang, so far so good et Shangri La, hell of a day […]

  3. […] Faire de belles rencontres le long de la route. Une pensée spéciale pour Dragon, notre guide chinois, qui nous a soutenus avec gentillesse et efficacité pendant notre journée en enfer à Shangri La […]

  4. Dis donc, tu lui fais la fête à ton mari? À mon 40e anniversaire, tu peux être certaine que je vais me tenir loin de toi!!!!

  5. Mr Carducci ha provato il tè al burro di yak per tirarsi su dal mal di montagna???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s