10 Commentaires

Lijiang – so far so good…

C’est beau le Yunnan. C’est montagneux et ça sent le printemps. On a élu domicile à Shuhe un village paisible parsemé de petits potagers et traversé d’étroits canaux où les madames Naxi font la lessive vêtues de leurs habits traditionnels. L’ethnie Naxi est l’une des rares sociétés matriarcales de Chine, ça explique pourquoi ce sont les femmes qui s’acquittent ici des tâches les plus laborieuses. Le concept plaît bien à Mr. Carducci qui s’imagine déjà jouer au mah-jong toute la journée.

On s’amuse au Yunnan. On parcourt la Tea and Horse Trail, un chemin qui serpente à travers les montagnes de la région jusqu’au Tibet. Sur cette route, établie pendant la Dynastie Tang, les Chinois envoyaient jadis des convois de thé aux Tibétains qui leur procuraient en échange des chevaux pour l’armée.

On mange bien au Yunnan. Mais ça on le savait déjà car Mr. Carducci et moi sommes depuis des lustres des clients habituels du resto Lost Heaven sur le Bund. Au menu ? Des plats épicés certes mais aussi de soupe aux nouilles de riz et du yaourt au lait de yack, le tout arrosé d’une bonne dose de thé Pu’er.

Le conseil de Véro : Évitez à tout prix la vieille ville de Lijiang ! L’endroit, classé patrimoine mondial par l’UNESCO, a été converti en véritable Disneyland avec ses rues pavées bordées de part et d’autre d’échoppes 100 % touristiques. Grâce au flair des promoteurs immobiliers locaux (!), la petite ville a perdu tout son charme et est prise d’assaut par de nombreux touristes chinois dès 10 heures le matin et jusqu’à très tard dans la nuit.

E’ bello lo Yunnan. E’ montagnoso e sa di primavera. Abbiamo scelto di dormire a Shuhe, un tranquillo villaggio costellato da piccoli orti e rigato da stretti canali dove le signore Naxi lavano le verdure vestite con l’abito tradizionale. L’etnia Naxi è una delle poche società matriarcali in Cina, e questo piega perché sono spesso le donne a svolgere qui i compiti più laboriosi. Il concetto piace molto a Mr. Carducci che si vede già giocare a mahjong tutto il giorno.

Ci si diverte nello Yunnan. Si esplora la Tea and Horse Trail, un percorso che si snoda tra le montagne della regione fino al Tibet. Su questa strada, stabilita durante la Dinastia Tang, i Cinesi inviavano convogli di tè ai Tibetani che a loro volta fornivano cavalli per l’esercito.

Si mangia bene nello Yunnan. Ma questo lo sapevamo già perché Mr. Carducci e io siamo gia da tanto tempo clienti regolari del ristorante Lost Heaven sul Bund. Al menu? Piatti piccanti ma anche zuppe con noodles di riso e yogurt di latte di yak, il tutto accompagnato da una buona dose di tè Pu’er.

Il consiglio di Vero: Evitare a tutti i costi la vecchia città di Lijiang! Il luogo, inserito nell’elenco del patrimonio dell’umanità dell’UNESCO, è stato trasformato in una vera e propria Disneyland con le sue strade pedonali piene di negozi 100% turistici. Grazie alla visione dei sviluppatori immobiliari locali (!), la città ha perso tutto il suo fascino ed è presa d’assalto da molti turisti cinesi dalle 10 del mattino fino a notte fonda.

D’autres articles sur le même thème: Lost Heaven? Not for Mr. Carducci et Shangri La, hell of a day

10 commentaires sur “Lijiang – so far so good…

  1. […] D’autres articles sur le même thème: Lost Heaven? Not for Mr. Carducci et Lijiang, so far so good […]

  2. […] articles sur le même thème: Lijiang, so far so good et Shangri La, hell of a […]

  3. Merci Véronique de me remémorer la douceur du Yunnan , ses odeurs et ses ambiances si spécifiques.
    Je partage ton point de vue sur Liliang.
    A bientôt pour partager tes nouvelles aventures
    Véro GOSNET

    • Je me rappelle que c’est toi qui m’avait parlé de Shangri La pour la première fois! Les madames qui dansent, le thé au beurre de yak… j’en parlerai dans mon prochain post!
      Alors le retour en France?

  4. Inspirant!🙂 Hâte d’y aller à mon tour!

  5. Ma che cavallerizzi questi Carducci!! E che gola quei dolcetti colorati! Li avete provati?

  6. C’est vrai que c’est beau le Yunnan, hein? Impossible de prendre de mauvaises photos de la place (ou faut vraiment être con comme la lune ou faut s’y prendre avec une caméra Fisherprice… et encore!). Je t’avais déjà donné le même son de cloche sur Lijiang que j’ai fuit après 48h d’esclavage touristique entre tous ces groupes de chinois et leurs guides qui nous pètent les tympans avec leur porte-voix à batterie. Bonne pratique pour tous ceux qui ont pour but ultime de manier la fameuse trompette rouge du Carnaval de Québec, mais acouphènes et maladie mentale assurée pour ceux qui aspirent à vivre en plein calme mental (genre 99% des touristes non chinois).
    Bref… Quant à la bouffe, tu me fais saliver juste à penser à tout ce que j’avais mangé là-bas. As-tu essayé leur plat traditionnel avec du jambon cuit dans un bol en terre cuite? Tiens, j’me taperais bien un voyage astral en cette direction moi. Malheureusement l’Univers de la neurologie ne peut se passer de moi et de mes bons soins: ah… la vie de star!!!!
    Bisous
    Ps. Tu feras attention à l’émergence soudaine de la crise de la quarantaine de ton époux. Ça arrive assez subitement après la conversion au code 4-0 parraît-il. Moi je vois assez bien ton exubérant Italien se ramener un poney des plaines pour faire des courses dans la voie cyclable de Nandan Dong Lu!!!!

    • Je suis tellement contente d’avoir opté pour Shuhe. Mais encore là les sites de nouvelles constructions abondent et j’ai bien peur que la charmante petite ville subisse le même sort que sa grande soeur Lijiang…
      Comprennent rien ces Chinois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s