6 Commentaires

Little Chinese Britain

Thames TownAu royaume du faux, on ne se contente plus de contrefaire les sacs Chanel et les montres Rolex pour les vendre aux touristes, on copie également l’architecture. Le projet lancé en 2001 par la municipalité de Shanghai sous le nom de « One city, nine towns » prévoit la construction de neuf cités satellites, chacune calquée sur une ville européenne. Allemagne, Suède, France, Hollande, Espagne et Italie, à quelques kilomètres de Shanghai donc. Dans le quartier résidentiel de Thames Town, les warehouses de briques rouges donnent sur le fleuve Yangtze dans la pure tradition des docklands et les boutiques sont ornées d’enseignes en laiton où on peut lire « English porcelain shop » et « Fish and chip restaurant ». Ici les pelouses des demeures de style édouardien sont fraîchement coupées à l’anglaise et les gardes qui patrouillent semblent sortis de l’époque victorienne avec leur costume rouge à gallons. Sur le perron de l’imposante église gothique, il n’y a pas foule, seulement quelques nouveaux mariés qui posent déguisés en gentlemen anglais et Lady Chatterley. Les rues pavées qui rappellent Covent Garden sont désertes, le pub du coin aussi. On dirait un plateau de tournage abandonné et pourtant les promoteurs de « l’authentique ville au style britannique » assurent que 95% des espaces disponibles ont été achetés malgré les prix de vente faramineux (environ 500,000 euros pour une maison). Des prix qui ne sont bien évidemment pas à la portée de la majorité des Chinois. Mais un instant! Loger les familles déplacées et offrir des habitations abordables en périphérie à ceux qui ne peuvent pas se permettre les prix de la métropole, ce n’était pas ça au départ l’objectif de ce projet? Alors pourquoi au lieu de copier l’architecture européenne, les Chinois ne poussent-ils pas la réflexion un peu plus loin en se laissant inspirer par les innovations qui se font à l’étranger? Une vraie éco-ville par exemple, pas comme celle qu’on avait prévue construire à Dongtan et qui n’a jamais vue le jour. Tant qu’à copier, autant que ça serve à sauver la planète.

Nel regno del falso, non ci accontentiamo più di falsificare borse Chanel e orologi Rolex per vendergli ai turisti, ci impegniamo anche a copiare elementi architetturali. Il progetto “One city, nine towns” lanciato nel 2001 dalla municipalità di Shanghai prevede la costruzione di nove comuni satelliti, ognuno improntato ad un paese europeo. Germania, Svezia, Francia, Olanda, Spagna e Italia, si trovano ora a portata di mano. Nella zona residenziale di Thames Town, i magazzini di mattoni rossi si affacciano sul fiume Yangtze nella pura tradizione dei Docklands e i negozi sono decorati con insegne del tipo “English porcelain shop” e “Fish and chip restaurant”. Qui i prati delle lussuose dimore in stile edoardiano sono rigorosamente all’inglese e le guardie che pattugliano il quartiere sembrano usciti dall’epoca vittoriana con la loro divisa rossa. Davanti all’imponente chiesa gotica, non c’è di certo la folla ma soltanto poche coppie di sposini travestiti da gentiluomini inglesi e Lady Chatterley che si fanno fotografare. Le vie fatte di cobblestone che ricordano Covent Garden sono deserte, purtroppo anche i pub dove bere une birra. Sembra un set cinematografico abbandonato anche se gli impresari edilizi della “autentica città in stile inglese” dicono che il 95% degli spazi disponibili sono stati acquistati, nonostante il carissimo prezzo di vendita (circa 500.000 euro per una casa). Dei prezzi che sono, ovviamente, troppo elevati per la maggior parte dei cinesi. Ma aspettate un attimo! Fornire alloggio in periferia alle famiglie sfollate e a quelli che non possono permettersi i costi della metropoli, non era quello l’obiettivo iniziale di questo progetto? Allora c’è da chiedersi, invece di copiare l’architettura europea, non sarebbe stato opportuno spingere un po’ più in là la riflessione e lasciarsi ispirare dalle innovazioni realizzate all’estero? Le eco-città, per esempio. Sarebbe l’ora che la Cina si distinguesse per delle iniziative sostenibili, no? Se i Cinesi sentono assolutamente il bisogno di copiare, tanto vale farlo per salvare il pianeta.

Thames TownThames Town


6 commentaires sur “Little Chinese Britain

  1. Ci sono stata 6 anni fa, sembrava Gardaland per bambini cresciuti, ma tutto sommato è stato un bel viaggio!!
    sonia

  2. @Sonia: Quando sei stata a Vegas??? Io sogno un matrimonio kitsh a Las Vegas!

  3. Mi sembra quando sono stata a Las Vegas…tutto finto!!

    sonia

  4. @Marie-Julie: Je suis partagée, je ne sais pas si c’est drôle ou triste… En tous les cas c’est chinois!

  5. J’ai fait une chronique sur le sujet l’année dernière. J’aimerais voir ça «live», c’est hallucinant!!!! Merci pour la balade!

  6. Ma almeno ‘sti cinesi le sanno fare le jacket potatos???
    Ester

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s